Bis repetita placent : il faut profiter des bonnes choses et reprendre de ce qu’on aime

Et voilà, le gong vient de retentir, c’est parti pour une 2ème année en terre d’Aigeme. Il me faut reprendre mon bâton de pèlerin, et continuer la route. Bon, je connais bien le territoire maintenant, même si avec la nouvelle habilitation et le remaniement des cours, le paysage a quelque peu changé et ouvert la voie vers de nouveaux espaces.

Il faut que je vous dise, un grand bouleversement est arrivé dans ma vie en fin d’année (universitaire) dernière : je suis tombée amoureuse. Non, je plaisante. J’ai décroché, à la fin de mon stage, un contrat de Responsable pédagogique chez CrossKnowledge-Wiley ! Mon but, en intégrant Aigeme, c’était de m’approprier les outils et les connaissances qui me permettraient ensuite -une fois le Master en poche- de travailler dans la formation à distance. L’heureux événement s’est produit plus tôt que prévu et s’est concrétisé d’une manière que je qualifierais de magique. En effet, il est bien rarissime vu la conjoncture actuelle que l’on transforme un poste de stagiaire en poste salarié. Ce vendredi 13 juin (mon dernier jour de stage), – comme quoi les vendredis 13 portent vraiment bonheur-, l’un des Directeurs Associés, Steve Fiehl m’a annoncé la bonne nouvelle. Et là, explosion de joie au milieu de l’Open-Space!

 

Bliss !

 

Donc, voilà, tout cela pour dire qu’être étudiant en Aigeme c’est dur, extrêmement dur (en tout cas nous l’année dernière on en a bavé !) mais que c’est aussi véritablement un sésame pour la suite, j’en suis un bon exemple !

Le revers de médaille pour moi, c’est évidemment le peu de temps que je vais pouvoir consacrer aux cours cette année ! Comme l’année dernière et encore plus intensément que l’année dernière (c’est possible ça, vous pensez ?), ça va être la course !

lievre-et-la-tortue

 

Travailler chez CrossKnowledge représente un investissement, qui empiète même sur les week ends ! Je vais donc me prévoir des plages de travail sur les heures de repas là-bas, pas le choix, et consacrer l’autre partie de mes week-ends aux travaux du master…il me reste quelques UE à valider et bien entendu le gros oeuvre à entamer (eh oui, sauf pour l’e-Portfolio, j’en suis au kilomètre zéro, comme les petits nouveaux de 1re année !:) : mémoire, rapport de stage, e-Portfolio.

Rendez-vous l’été prochain pour clôturer, je l’espère, ce chapitre. Et en attendant,  rien de tel qu’un peu de Pink Floyd pour se donner du courage ! Learning to fly…

Publicités

2 réflexions sur “Bis repetita placent : il faut profiter des bonnes choses et reprendre de ce qu’on aime

  1. De toutes façons, un article qui se termine par les Pink Floyd, ça peut pas contenir des mauvaises nouvelles…

    Félicitations en tous cas ! J’étais partie lire ton article sur les conseils aux nouveaux inscrits (oui, bon, j’en suis pas une, mais je prends quand même 🙂 ) et je me suis arrêtée sur celui-ci. J’aime bien la façon dont tu intègres des images à ton récit, ça le rend vivant… Je vais m’en inspirer !

    Bonne chance pour cette nouvelle année !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s