Le Web 3.0, web symbiotique et réalité augmentée

Comment allons-nous communiquer avec Internet dans 20 ou 30 ans ? Réponse en vidéo, avec Joël de Rosnay, qui nous parle du web 5.0.

I have a dream for the Web [in which computers] become capable of analyzing all the data on the Web — the content, links, and transactions between people and computers. A “Semantic Web”, which should make this possible, has yet to emerge, but when it does, the day-to-day mechanisms of trade, bureaucracy and our daily lives will be handled by machines talking to machines. The “intelligent agents” people have touted for ages will finally materialize.

— Tim Berners-Lee, Weaving the Web13

People keep asking what Web 3.0 is. I think maybe when you’ve got an overlay of scalable vector graphics — everything rippling and folding and looking misty — on Web 2.0 and access to a semantic Web integrated across a huge space of data, you’ll have access to an unbelievable data resource.

— Tim Berners-LeeA ‘more revolutionary’ Web, 2006, Victoria Shannon18

Licence CC - copyright La Fabrique de blogs

Licence CC – copyright La Fabrique de blogs

Web 2.0, web 3.0, ces deux termes supposés définir une certaine vision du World Wide Web ne font pas consensus. Avant de se demander si l’on peut aujourd’hui parler de web 3.0, rappelons ce qui caractérise le web dans sa version 2.0.

Si la définition du web 2.0 est elle-même source de débats continuels, l’on peut tout de même dégager de grandes tendances qui lui sont liées. L’ancêtre du web 2.0, le web 1.0, était plutôt réservé aux informaticiens et autres initiés. Les premiers internautes qui en faisaient usage, s’en servaient pour consulter des contenus en ligne (Mostly read-only web). Ce qui fait basculer le web 1.0 vers sa deuxième version, c’est le changement de rapport qui s’opère entre les utilisateurs et la machine : de simple consommateur passif, l’internaute devient contributeur actif en produisant de l’information et alimentant le web au moyen de blogs, wikis, medias participatifs et citoyens (read-write web / user generated content). Parallèlement, les réseaux sociaux apparaissent et se développent. De plus en plus de particuliers se créent un compte Facebook, puis Twitter, Google+ ou encore LinkedIn. Le web 2.0 est un web social et communautaire. Les acteurs économiques, de leur côté, déjà présents dans la version 1, permettent désormais à leurs clients d’évaluer leurs produits (Amazon’s reviews, par exemple)et en font donc des contributeurs.

Pourquoi parler à présent d’une prochaine génération d’Internet, le web 3.0 ? Tout d’abord, tout le monde ne s’accorde pas sur le terme, sa définition et même sa validité. Chacun a sa vision des choses, et je parle là des « spécialistes » des questions du genre, non du vulgum pecus, qui lui, ignore bien souvent l’existence de tous ces débats sémantiques. Au niveau de la temporalité, certains estiment que le processus est déjà entamé, d’autres à l’instar de Fred Cavazza pensent que nous n’avons pas encore basculé dans cette nouvelle ère mais qu’on en prend le chemin.

De manière générale, si l’on veut caractériser ce web 3.0, l’on s’entend sur le fait que les phénomènes déjà existants sur le web dans sa version actuelle iront en s’amplifiant et offriront toujours plus de services et de possibilités à toujours plus d’internautes.

Les sites de commerce, à l’instar d’Amazon, présents dès la version 1, étendront leurs services et offriront aux internautes de multiples possibilités à chaque étape de la chaîne de vente, avec par exemple découverte des produits dans des mondes virtuels et paiement direct sur Smartphone, meilleure traçabilité des achats effectués…

Au niveau technique, l’on entend beaucoup parler de l’avènement du web sémantique, concept décrit notamment par le scientifique Joël de Rosnay. Si le web 2.0 se caractérise par une activité orientée front-end, liée à l’action « visible » des usagers, le web 3.0 sera de plus en plus lié au back-end, et concernera l’enrichissement des données, et l’ajout de couches supplémentaires de méta-données (les méta-données existent déjà mais là il s’agit de franchir un pas de plus et d’ajouter du méta à du méta !). L’objectif étant d’une part que les informations délivrées via le web ciblent très précisément la demande de l’usager et non plus approximativement (exemple type du mot « jaguar », qui peut renvoyer à l’animal ou à la voiture) et d’autre part, permettre à de plus en plus d’individus de faire usage de données informatiques complexes sans être pour autant des spécialistes du domaine.

L’autre grand projet lié au web sémantique est le traitement de l’information non plus seulement par les humains mais également par les machines elles-mêmes, ce qui permet de pousser la prospection futuriste très loin. Joël de Rosnay porte déjà le débat dans ce sens et définit le web 3.0 comme un web symbiotique : l’humain évoluera dans un véritable « écosystème informationnel » -et non plus un réseau-, dans lequel l’ordinateur devient l’environnement.

Pour beaucoup, l’ « environnement cliquable » a encore de longues années devant lui avant que les usagers n’évoluent dans ce qu’on nomme la réalité amplifiée, peut-être caractéristique des évolutions plus tardives du web 3.0. Comme l’explique Philippe Modard dans le cadre de sa conférence sur le web 3.0, How web 3.0 will change our lives?, lorsque les objets de notre environnement immédiat seront connectés à l’Internet, le monde virtuel pourra se superposer au monde réel, d’où l’idée d’un web 3D qui surgira devant nos yeux, en fonction de nos besoins.

Avant d’en arriver au web omniprésent et omniscient, le web 3.0 permettra tout d’abord à l’individu de se libérer totalement des contraintes d’utilisation lié à la spatio-temporalité, ce qui est déjà le cas grâce aux Smartphones et tablettes, par exemple, qui permettent d’accéder à l’Internet, pendant ses déplacements.

D’autres visionnaires envisagent l’avenir des réseaux sociaux davantage tournés vers un activisme déjà amorcé par Anonymous. Le web 2.0 désignait, on l’a dit plus haut, un web social, participatif, le web 3.0 sera « libre, anonyme et activiste », voire même « hacktiviste », pour reprendre les concepts énoncés dans l’article de Norédine Benazdia, Le web 3.0 est enfin là mais c’est quoi ? sur Gizmodo.fr.

Les perspectives liées au web 3.0 les plus audacieuses mais peut-être aussi les plus justes, n’en déplaise aux sceptiques, portent d’ores et déjà en elles les germes d’un web dans sa version 4, en témoignent certaines applications déjà existantes (par exemple systèmes experts avec biocapteurs). Selon le futuriste Daniel Burrus, qui rejoint en cela les propos de Joël de Rosnay, le web 4.0 sera marqué par l’avènement de « l’agent électronique ultra-intelligent », agent avec lequel nous intéragirons constamment et échangerons des propos, qui pourraient ressembler à ceci :

« Good morning. You’re flying to Boston today. Take a raincoat, it’s raining. By the way, that fight you were taking, it’s already been canceled. Don’t worry about it. There was a mechanical. I’ve already booked you on a new one. I’ll tell you about on the way to the airport. But remember you’re going to exercise every day and I’m here to remind you that you’re going to exercise. »  And you might say, “I don’t know if I want to exercise today,” and It’ll show you a nude profile of yourself.  And you’ll say, “You know what, I think I’m going to exercise today.”

Sources principales
Wikipedia 
http://fr.wikipedia.org/wiki/Web_s%C3%A9mantique
Fred Cavazza, Vers un web 3.0 – Blog Fredcavazza
http://www.fredcavazza.net/2006/11/18/evrs-un-web-30/
Tommy Pouilly, Le web 3.0 c'est pour quand ? - Blog Regard sur le numérique
http://www/rslnmag.fr/post/2013/08/22/Le-web-30-cest-pour-quand.aspx
Philippe Modard, How web 3.0 will change our lives? - TEDxTalks
http://www.youtube.com/watch?v=u2w9XKASbPw
Norédine Benazdia, Le web 3.0 est enfin là mais c'est quoi ? - Blog Guizmodo, digital lifestyle
http://www.gizmodo.fr/2012/02/16/le-web-3-0-est-enfin-la-mais-cest-quoi.html
Joël de Rosnay, conférence sur le web 3.0 – TedxTalks
http://www.youtube.com/watch?v=olixUDub1CM
 Philippe Pérès, Vers un web 3D – Clubic.com
http://www.clubic.com/actualite-67714-web-3d.html
 Francis Pisani, Web 3.0 : définitions – Blog Transnets
http://pisani.blog.lemonde.fr/2007/10/07/web-30-definitions/
Jonathan Fowler et Elizabeth Rodd, Web 4.0, the ultra intelligent electronic agent is coming Bigthink.com
http://bogthink.com/big-think-tv/web-40-the-ultra-intelligent-electronic-agent-is-coming 
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s